Vuelta a Espana

En totale maîtrise, IWG boucle la deuxième semaine en rouge

La tâche s’annonçait ardue pour les hommes de Valerio Piva et Jean-Marc Rossignon, détenteurs du maillot de leader ce Tour d’Espagne (2.WT, 14/08-5/09) pour un cinquième jour consécutif, à l’occasion de la quinzième étape disputée ce dimanche. Plus de 200 kilomètres, quatre ascensions dont deux des plus longues de cette épreuve, et toujours des températures qui excèdent les 30 degrés.

Les coéquipiers de Odd Christian Eiking ont immédiatement été sollicités car d’innombrables tentatives d’échappée se sont succédées dans la phase initiale de l’étape. Pendant plus de deux heures, l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux s’est employée à contrôler les attaques, parvenant à ramener un coup dangereux comportant Kuss (Jumbo) & de la Cruz (UAE), distants de moins de 10 minutes au général.

Il a fallu attendre l’Alto de la Centenera (15 km à 5,3%), première ascension de la journée rencontrée après 70 kilomètres de course, pour que la bonne échappée se dessine. En tout, une dizaine d’hommes étaient répartis en plusieurs groupes, parmi lesquels figurait Simone Petilli. Le reste de l’équipe du maillot rouge emmenait la tête du peloton dans la deuxième difficulté, le Puerto de Pedro Bernardo (9.1 km à 5,1%), en préservant l’écart aux alentours des 5 minutes.

Le Néerlandais Wesley Kreder a assuré la longue descente vers l’avant-dernière ascension, le très long Puerto de Mijares (20 km à 5,5%). C’est le grimpeur tchèque Jan Hirt qui a ensuite imposé le rythme du peloton du premier au dernier mètre de la montée, écrémant le groupe maillot rouge à une trentaine d’unités au sommet. La descente a ensuite été assurée par l’expérimenté Rein Taaramäe (34 ans), qui avec Louis Meintjes étaient toujours présents aux côtés de Eiking.

Reprenant les coureurs échappés uns par uns, l’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux a pu retrouver Petilli dans la vallée vers le Puerto San Juan de Nava (8.6 km à 4%) dont le sommet était situé à 4 kilomètres de l’arrivée à El Barraco, faisant d’elle la formation la mieux représentée dans le groupe maillot rouge. En totale maîtrise, Eiking et Meintjes ont alors pu répondre aux accélérations dans les derniers hectomètres de l’ascension. Le Norvégien termine l’étape en sixième position, à un peu moins de 3 minutes du vainqueur Majka, rescapé de l’échappée.

À la veille de la deuxième journée de repos de cette Vuelta, Odd Christian Eiking demeure leader de l’épreuve, avec 54 secondes sur son plus proche concurrent, Louis Meintjes reste lui 14ème du général. L’équipe Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux est donc assurée de passer un huitième jour en rouge ce mardi, à l’occasion d’une étape de transition vers la Cantabrie.

Je souhaite remercier toute mon équipe, qui a fait une course fantastique pour me permettre d’être le détenteur du maillot rouge à l’issue de deux semaines de la Vuelta. Sans elle, assurément, je n’aurais pas pu garder cette position à l’issue d’une étape aussi exigeante qu’aujourd’hui. Nous connaissions la valeur intrinsèque de notre collectif, et pour la première fois à ce niveau nous avons eu l’occasion de le démontrer en contrôlant une journée délicate du premier au dernier kilomètre. À la fin, je n’avais plus qu’à garder un oeil sur mes proches concurrents, et rallier l’arrivée sur une portion descendante. Je suis très fier d’être en tête du Tour d’Espagne après deux semaines, et je remercie ceux qui nous ont témoigné leur marque de soutien !

Garder le maillot de leader du Tour d’Espagne jusqu’au deuxième jour de repos représente un grand accomplissement pour notre équipe, pour nos sponsors, pour l’ensemble de la structure. C’est pourquoi nous avons mis tous nos moyens pour terminer cette étape en rouge et nous sommes par conséquent très fiers d’y être parvenus. On a pu compter sur le précieux travail de Kévin van Melsen, Riccardo Minali et Wesley Kreder dans la phase initiale et puis les grimpeurs ont pris le relais, renforcés plus tard par Simone Petilli qui était devant. Nous avons parfaitement roulé tactiquement, collectivement et individuellement. La motivation est à son paroxysme car nous avons ce maillot rouge un jour de plus !

RESULTS

SHARE ARTICLE

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email