Vuelta a Espana

Eiking: « Pas de regrets, que de la fierté »

La dix-septième étape du Tour d’Espagne, qui menait aux Lagos de Covadonga, s’annonçait décisive pour le classement général. En plus de l’arrivée au sommet (12.5 km à 7%), les coureurs allaient découvrir l’inédite montée de La Collada Llomena (7.6 km à 9,1%), à accomplir à deux reprises.

Et cette étape de 186 kilomètres à travers les Asturies s’est avérée très intense, et ce dès la phase initiale dans la lutte pour intégrer échappée. Aucun coureur n’y est parvenu après une heure de course, en dépit de l’Altu de Hortigueru (5.3 km à 4,7%) rencontré après 35 kilomètres. À défaut d’échappée, les prétendants à la tunique de leader portée par Odd Christian Eiking, ont lancé les hostilités dans la première ascension de la Collada Llomena.

Combatif, le Norvégien a résisté au rythme soutenu de ses adversaires jusque dans la deuxième ascension de la Collada Llamena. C’est dans ce second passage, soit à 60 kilomètres de l’arrivée, que Roglic (Jumbo) et Bernal (Ineos) ont pris leurs distances avec le reste de la poursuite, forte d’une dizaine de coureurs. Dans ce second groupe, Louis Meintjes (13ème du général) pouvait compter sur son équipier Jan Hirt alors que la pluie faisait son apparition sur les routes de la Vuelta. Un bitume humide qui n’a pas épargné le maillot rouge, victime d’une chute dans la descente de l’avant-dernière ascension alors qu’il se rapprochait de la poursuite. Ce nouveau contre-temps n’a pas abattu Eiking qui, aidé par Simone Petilli, s’est arraché jusqu’à la ligne.

Hier, j'ai dit qu’il n’y aurait pas de déception si je devais céder le maillot rouge à l’issue de cette étape difficile, et je pense toujours la même chose. J'ai passé deux semaines fantastiques, dont une en tant que leader, et j’en suis très fier ! La chance m’avait souri jusqu’ici, ce ne fut en revanche pas le cas aujourd’hui. Juste avant de faire la jonction avec les favoris, j’ai glissé sur la chaussée humide dans la descente. C’est dommage, cette perte de temps m’a sans doute coûté une place dans le top 10 ce soir. Je vois le côté positif, je m’en sors sans gravité. Je me sens un peu raide, c’est qui est normal, et on verra demain comment mon corps digère la chute. Louis Meintjes et moi sommes aux portes du top 10, ce qui constitue un bel objectif pour les jours à venir !

RESULTS

SHARE ARTICLE

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email