Clasica San Sebastian

Bakelants « Bien remis du Tour et prêt pour ma 7e Donostia Klasikoa »

Ce samedi, Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux sera pour la première fois au départ de la Clásica San Sebastián (1.WT, 31/07), traditionnelle course d’un jour disputée entre le Tour de France et le Tour d’Espagne. En raison de l’annulation de l’édition 2020, le peloton recherche un successeur à Remco Evenepoel, vainqueur en 2019, le long d’une boucle de 224 kilomètres autour de Saint-Sébastien, point de départ et d’arrivée.

Donostia Klasikoa est le nom basque de cette course d’un jour, organisée au bord de l’Océan Atlantique, dans l’extrême nord de la péninsule espagnole. Les coureurs n’auront que peu de temps pour profiter des vues plongeantes sur le golfe de Gascogne, parce qu’une première ascension est rencontrée après 30 kilomètres. Ils prendront ensuite la direction de l’intérieur du pays. La première partie plutôt plate offre des opportunités aux tentatives d’échappées, avant d’aborder les 190 kilomètres restants, où figurent six côtes répertoriées et deux sprints intermédiaires. En réalité, il y a peu de routes sans inclinaison, prêtant au parcours le pouvoir de créer la décision à tout instant. Les ascensions de Jaizkibel (7,9km à 5,5% après 160km) et d’Erlaitz (3,9km à 10,6% après 180km) sont connues comme les points clés de la course. En bas de la descente d’Erlaitz, les coureurs franchiront la ligne d’arrivée avant de parcourir une boucle de 18 kilomètres où les attend la côte Murgil (2,1km à 10% après 214,5km). Huit kilomètres de replat séparent son sommet de l’arrivée.

Avec six participations à son actif dont une première en 2010, Jan Bakelants est l’un des éléments les plus expérimentés de cette Clasica San Sebastian. Sortant du Tour de France, le Belge a notamment pris la 11ème place en 2017 et la 12ème place en 2013. L’Italien Simone Petilli a disputé la course à deux reprises et sait donc aussi ce qu’il lui attend ce samedi. Le Norvégien Odd Christian Eiking trouvera un terrain de jeu intéressant, lui qui a montré de belles dispositions dans les ascensions au Tour de Wallonie. Il en sera de même pour le Belge Quinten Hermans, qui avait impressionné sur le Tour du Pays basque en avril dernier, et qui a d’ores et déjà démontré ses affinités avec la région. L’Italien Lorenzo Rotaet l’Allemand Jonas Koch imiteront Bakelants en épinglant leur premier dossard depuis le Tour. Le Belge Kévin van Melsen complète la sélection d’Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux, dirigée par Valerio Piva.

J’étais agréablement surpris de ma bonne condition physique en sortant du Tour de France. Il ne m'a fallu que trois jours pour me défaire de la fatigue. J’ai donc pu suivre un schéma d’entrainement normal pour préparer ce rendez-vous. Ma septième participation à cette belle classique est mon dernier objectif avant de pouvoir reprendre un peu le souffle. Suivre le plus longtemps possible est habituellement la recette pour obtenir un bon résultat sur cette course exigeante, mais nous verrons ensemble comment il y a lieu de se comporter tactiquement. Le parcours a régulièrement subi des changements, mais il demeure néanmoins quelques repères. La finale commencera probablement par l’ascension du Jaizkibel, parce qu’elle est suivie immédiatement par l’Erlaitz, et de là, on retrouve rapidement la dernière côte qui mène à l’arrivée. Si les bonnes jambes sont présentes ce samedi, j’espère améliorer mon meilleur résultat et intégrer les 10 premiers du classement

Sélection:
Bakelants Jan
Eiking Odd Christian
Hermans Quinten
Koch Jonas
Petilli Simone
Rota Lorenzo
Van Melsen Kévin

Direction Sportive:
Valerio Piva

RESULTS

General Classification

SHARE ARTICLE

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp
Partager sur email
Email